Si nous ne faisons rien, nous n'aurons plus un poisson d'ici 30 ans! (Stephan Beaucher)

Cartographier les habitats marins des aires marines protégées de France métropolitaine : c’est le défi du programme Cartham, qui a déjà permis d’acquérir des données sur une superficie de 45 000 km². Lancé en 2010 par l’Agence des aires marines protégées à la demande du Ministère du Développement durable, Cartham est piloté par l’Agence avec l’appui de différents partenaires comme le Muséum national d’Histoire naturelle. Cartham répond essentiellement aux engagements communautaires liés à la désignation et de gestion des sites Natura 2000 en mer. Au-delà, il constitue une formidable source de données sur les habitats patrimoniaux de métropole et un point de référence indispensable pour suivre le milieu et améliorer la gestion et la protection du milieu marin.
Cartham : l'inventaire géant sous les mers par developpement-durable En savoir plus sur le programme Cartham

Opération Récifs Prado

Des maisons pour les poissons

La ville de Marseille s'est lancée dans une grande opération de récifs artificiels sur la zone du Prado près de la côte et des iles du Frioul.

On le sait les récifs sont toujours intéressants pour la faune et la flore sous marine mais dans ce projet ce qui intéressant et innovant c'est d'associer les enfants des écoles à ce magnifique projet. Peut on espérer que dans quelques années nous aurons la même chose sur l'ile d'Oleron

Un grand merci à la ville de Marseille et en particulier à Madame Emilia Médioni du service Mer et Littoral pour m' avoir autorisé à publier ce film très éducatif

 

Recifs du Prado Marseille

Réserves marines : gains ou pertes pour la pêche ?

En 2005, on recensait plus de 5000 aires marines protégées (AMP) dans le monde. Un programme de recherche coordonné par l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD) (1) a dressé un bilan biologique et économique de ces réserves. Quatre AMP ont été retenues pour l’étude (2), dont deux ouest-africaines comprenant une petite réserve de 7 km² créée en 2004 à Bamboung au Sénégal, et une autre de 6000 km² instaurée en 1976 dans le parc national du Banc d’Arguin, en Mauritanie.

Du point de vue biologique, les mesures d’interdiction ou de limitation n’entraînent pas de hausse significative des biomasses, c’est-à-dire de la quantité de poissons présents dans la réserve. En revanche, la diminution de la pression halieutique se traduit par une augmentation du nombre d’espèces présentes, avec notamment plus d’espèces de grande taille.

A l’extérieur du périmètre des AMP, la situation évolue différemment. La biomasse de poissons s’accroît sensiblement dans la zone ouverte aux pêcheurs. Dans le banc d’Arguin, la réserve améliore ainsi de 25 % les captures des pêches commerciales en bordure du périmètre interdit. Selon les chercheurs, ce gain compense en poids l’absence d’exploitation à l’intérieur de l’aire, avec une valeur marchande des captures accrue du fait de l’augmentation du nombre d’espèces plus recherchées. Plus la zone protégée est étendue, plus l’enrichissement est significatif.

La création de ces réserves reste toutefois délicate, d’autant plus que celles-ci nécessitent beaucoup d’espace pour être efficaces. Par ailleurs, dans le contexte ouest-africain, le développement actuel de l’écotourisme ne suffit pas à compenser les pertes liées aux limitations de pêche, ni à couvrir les frais de surveillance. Assurés dans un premier temps par des financements extérieurs, ces coûts sont supportés soit par la communauté locale, comme à Bamboung, soit par l’Etat, comme c’est le cas pour le Banc d’Arguin.

1- Conduit de 2008 à 2011, le programme AMPHORE (« AMP et gestion halieutique par optimisation des ressources et des écosystèmes ») a réuni 9 laboratoires de recherche français et 4 équipes d’Afrique de l’ouest. 
2- Françaises, les deux autres AMP étudiées sont les parcs nationaux de Port-Cros et des Bouches de Bonifacio.

Source

Point sur l'étude des récifs au 26 septembre

Après plusieurs réunions du comité de pilotage un consensus s'est dégagé sur l'intérêt de l'installation d'un récif artificiel expérimental au large d'Oléron.

Afin de mieux juger de l'efficacité de ces récifs six modules différents (dont deux modèles exclusifs créés spécialement pour cette étude) seraient installés près d'une épave. Cette étude durerait jusqu'en 2018, il y aura bien sur un suivi régulier sur le peuplement, les modifications des courants, la résistance de ces différents modules à l'enfouissement et au déplacement

photo récifs

Un des modules qui sera installé

récifs oleron

Détails récifs

Le budget nécessaire est important, de l'ordre de 1 250 000 euros pour les sept ans de l'étude surtout lourd les deux premières années (étude de l'état 0, dossier d'études à déposer pour obtenir l'autorisation d'occupation du domaine public maritime, demande d'avis au conseil de gestion du Parc Naturel Marin si le décret de création est signé, fabrication et mise en place des modules).

C'est un budget qui pour l'instant n'est pas bouclé. Le CREAA et le conseil général vont partir à la pêche aux subventions. Nous espérons que cà pourra se faire rapidement car à notre avis l'intêrét est évident. Si vous avez des questions vous pouvez aller les poser et en discuter sur le forum

 

Eléments d’intervention de L’UNAN-CM dans le cadre de l’enquête publique de mise en place du PNM

En substance voici ce que LUNAN-CM se propose de présenter comme remarques lors de l’enquête publique pour la création du PNM sous réserve, bien entendu, que le texte présenté soit le reflet de ce qui a été annoncé lors du Comité de concertation de juin.

« A l’origine, l’UNAN-CM n’était pas favorable à la création d’un parc naturel marin dans notre région considérant que l’application de la réglementation actuelle, avec quelques ajustements, ainsi que le respect du SNVM, approuvé par tous les acteurs, permettaient un développement harmonieux et durable de l’ensemble des activités humaines dans les pertuis et les estuaires.

L’attitude constructive et l’argumentation développées par la mission nous ont convaincus de participer activement à ses travaux. Toutefois les décisions prises lors du dernier Comité de concertation nous amènent à formuler les observations suivantes :

-          Sur le périmètre proposé pas de remarque sauf à observer les difficultés de gestion induites par l’intervention de trois régions et trois départements…

-          Sur les orientations, celles étudiées et peaufinées par moult groupes de travail ont été aseptisées au dernier moment les rendant pratiquement inopérantes.

Toutefois nous regrettons fermement l’état d’esprit que reflète le « conseil » donné aux plaisanciers au regard du partage de l’espace maritime. Nous rappelons que le DPM n’appartient à personne. Le partage de l’usage de l’espace maritime ne présente aucune difficulté, c’est son appropriation au bénéfice de quelques uns qui doit être fustigée. La libre circulation en mer, principe légal et traditionnel, doit être hautement réaffirmé.

-          Sur la composition du Conseil de Gestion.

Hormis le principe affirmé que les services de l’Etat ne devraient par être majoritaires, il faut remarquer que les critères de représentativité n’apparaissent pas clairement, pour ne pas dire qu’ils sont inexistants.

Ainsi nous estimons que le nautisme est largement sous estimé ; 30000(1) navires de plaisance et de loisir circulent dans le périmètre. Si l’on retient seulement 3 pratiquants par navire, cela représente 90000 usagers…et un potentiel d’observation à ne pas négliger.

La filière nautique, ce sont aussi les compétitions locales, nationales et internationales organisées très régulièrement, les 5000 emplois directs des industries et entreprises d’entretien, le Grand Pavois…mais aussi un support d’attractivité de la région sans équivalent.

Les UNAN 17-33-85 maintiennent leur demande d’obtenir 2 représentants au titre de la navigation de plaisance et 1 représentant au titre de la pêche récréative.

L'enquête publique
 

L'enquête publique sur le parc naturel marin des pertuis et de l'estuaire à lieu du 22 août au 22 septembre dans toutes les mairies concernées c'est à dire les communes littorales de vendée, Charente maritime et Gironde soit 117.communes
C'est le dernier acte avant la décision ministérielle, il est donc important, pour ceux qui se sentent concernés qu'ils soient pour ou contre de mentionner leurs observations sur les registres prévus à cet effet dans chaque mairie de chaque commune. Après ça sera trop tard et il ne faudra pas dire on ne nous consulte pas.

Vous pouvez aller dans ces communes mais également faire part de vos remarques que vous habitiez ces communes ou non

La liste des communes

 

Les Parcs Naturels Marins

En vertu de directives européennes la France se doit de créer une dizaine de parcs naturel marins. En France métropilitaine il y en a un de créer c'est le parc naturel marin d'Iroise en Bretagne. Le prochain sera le parc naturel marin de l'estuaire et des pertuis. Les discussions sont en cours et sont presque terminée. L'enquête publique à eu lieu cette été.

Le Parc Naturel Marin d'Iroise

Un parc naturel marin c'est quoi

Le parc naturel marin des pertuis

Projets de création de récifs artificiels

Les prélévements des plaisanciers sur la zone du futur parc des pertuis

L'enquête publique

Les positions de l'UNAN-CM sur l'enquête publique

Réserves marines : gains ou pertes pour la pêche

Les récifs artificiels du Prado à Marseille

Cartham : l'inventaire géant sous les mers

 

 

 

Etude sur la création de récifs artificiels en Charente Maritime

 

Comme vous en avez sans doute entendu parler, le conseil général a commandé une étude au CREAA sur la faisabilité de créer des récifs artificiels sur nos côtes charentaises. Celà avance et vous trouverez ci dessous au fur et à mesure que nous les aurons des informations sur ce sujet. Merci à Cédric Hennache le chargé de mission du CREAA de nous tenir au courant régulierement après nous avoir consulté.

Vous pouvez venir en parler sur le forum à la page Infos récifs artificiels


Présentation des récifs

Synthèse Bibliographie des récifs européens

Infos N° 1

Infos N° 2

Infos N° 3

Le point sur l'étude au 26 Septembre

Compte rendu du 2 Avril 2012

Vidéos sur les récifs landais

Compte rendu 2010 sur les récifs landais

Parcs naturels marins

(Source Ministère du développement durable)


Des parcs naturels marins peuvent être créés dans les eaux placées sous la souveraineté de l’Etat et, le cas échéant, en continuité avec celles-ci, dans les eaux placées sous sa juridiction, ainsi que sur les espaces appartenant au domaine public maritime, pour contribuer à la connaissance du patrimoine marin ainsi qu’à la protection et au développement durable du milieu marin.

Le parc naturel marin est donc dédié à la mer et il offre une approche intégrée des objectifs de protection de la nature avec les objectifs économiques et sociaux.

Les textes de référence

La mise en place d’un nouveau statut d’aire protégée en mer a paru nécessaire pour dépasser les difficultés d’outils conçus au départ pour des applications terrestres.

Les parcs naturels marins ont été créés par la Loi nº 2006-436 du 14 avril 2006 et le Décret n° 2006-1266 du 16 octobre 2006. (articles L334-3 et suivants et R.334-27 et suivants du code de l’environnement).

La gestion de cette catégorie d'aires marines protégées est assurée par l'Agence des aires marines protégées.

Le parc naturel marin

 Le parc naturel marin est :

  • un espace délimité, uniquement marin, dans lequel coexistent un patrimoine naturel remarquable et des activités socio-économiques importantes,
  • sur lequel est fixé un double objectif de protection de la nature et de gestion durable des ressources,
  • pour lequel est mis en place un conseil de gestion associant les collectivités (et leurs groupements), les socioprofessionnels, les usagers et l’Etat (minoritaire).

Le parc naturel marin n’est un espace réglementé que si le conseil de gestion l’estime nécessaire et propose aux autorités compétentes les mesures correspondantes.

Conçu comme un outil de gouvernance permettant d’associer l’ensemble des acteurs concernés, le parc naturel marin est créé par décret, après enquête publique organisée sur le territoire des communes littorales directement intéressées par le projet.
Le décret fixe les limites du parc naturel marin, la composition de son conseil de gestion,  et arrête les orientations de gestion en matière de connaissance et de conservation du patrimoine et du milieu marin dans une optique de développement durable.

Le Conseil de gestion

 Sa composition, adaptée au contexte local, associe les collectivités (et leurs groupements), les socioprofessionnels (de la pêche, du tourisme…), les usagers et l’Etat.
Ce conseil :

  • Etablit un plan de gestion du parc et peut proposer aux autorités qui réglementent en mer toute mesure nécessaire à la protection et à la gestion durable du parc naturel marin,
  • Dispose d’un pouvoir d’avis conforme sur les autorisations d’activités qui peuvent altérer de façon notable le milieu marin du parc,
  • Dispose de moyens mis à disposition par l’agence des aires marines protégées, pour la connaissance, la surveillance, ainsi que le montage et la conduite de projets avec les acteurs.
  • Définit les conditions d'un appui technique aux projets des collectivités territoriales qui veulent s'y associer.

Le plan de gestion

  • Il détermine les mesures de protection, de connaissance, de mise en valeur et de développement durable à mettre en œuvre.
  • Il approfondit les orientations de gestion arrêtées dans le décret de classement. Il comporte des documents graphiques indiquant, le cas échéant, les diverses zones et leur vocation.
  • Il permet de fonder les propositions faites aux autorités compétentes en mer sur les mesures, éventuellement de nature réglementaire, permettant de gérer les conflits d’usage et les contraintes techniques, notamment en matière d’occupation du domaine public maritime, d’utilisation des eaux, de pêche, de circulation, de loisirs, d’utilisation des ondes, de mouillage des navires.
  • Il structure le programme d’actions défini chaque année par le conseil de gestion.

Le mode de gestion

  • L’Agence des aires marines protégées est responsable de la gestion des parcs naturels marins.
  • Elle met à disposition des conseils de gestion des parcs les moyens humains et financiers destinés à organiser le suivi scientifique du milieu marin et des activités, la surveillance, la mise en œuvre du plan de gestion (soutien aux projets des acteurs et actions directes sur les milieux naturels) et l’information du public. Elle peut également attribuer des subventions destinées au financement de projets concourant à la mise en oeuvre du plan de gestion.

L’état du réseau

  • Le premier parc naturel marin a été créé le 28 septembre 2007 en mer d’Iroise, sur une surface de 3500 km2.
  • A Mayotte, un second parc naturel marin a été créé le 18 janvier 2010 (décret n° 2010-71 du 18 janvier 2010). Premier parc naturel marin d'outre-mer, le parc couvre une superficie de 70 000 km2. Il englobe notamment le lagon à double barrière de corail, qui compte près de 200 km de récifs coralliens et 7 km2 de mangrove.
  • Trois autres projets ont été mis officiellement à l’étude par arrêté interministériel ou ministériel : sur la côte Vermeille, à l’ouvert des trois estuaires de la côte Picarde et sur l’ensemble formé par les pertuis charentais et l’estuaire de la Gironde.
  • Deux autres projets pourraient être très prochainement mis à l’étude : sur le bassin d’Arcachon et à son ouvert, et sur le golfe Normano-Breton.
  • Les autres projets seront définis en fonction des analyses stratégiques régionales qui déclinent, pour certains secteurs, la stratégie de création d’aires marines protégées.
  • La procédure d’étude et de création est confiée au préfet maritime et au préfet concernés, l’Agence des aires marines protégées mettant à leur disposition les moyens nécessaires.
L’objectif (mentionné par le plan d’action mer de la stratégie nationale pour la biodiversité et par l’engagement n°87 du Grenelle de l’environnement) est la création d’une dizaine de parcs naturels marins d’ici à 2012, dont deux dans les départements d’outre-mer. Les propositions émises lors du Grenelle de la mer confortent également ct objectif
la carte des parcs naturels marins

 

Parc Naturel Marin des Pertuis


Comme vous en avez sans doute entendu parler nous allons avoir, en principe, un parc naturel marin (PNM) englobant l'estuaire de la Gironde et les pertuis charentais. Certains en ont peur d'autres s'en réjouissent. Personnellement si c'est comme en Bretagne, le parc marin d'Iroise, je suis pour à 100% mais on entend beaucoup de desinformations sur le sujet.


Le but de ce parc est de protéger la biodiversité de notre région et d'empêcher toute atteinte à la nature il y a donc du boulot.

Nous essaierons, au fur et à mesure de vous informer de l'avancement des travaux des commissions qui comporterons bien sur les autorités officielles préfectorales Gironde Charente Maritime et Vendée, des scientifiques, des pêcheurs professionnels et amateurs, des représentants des communes concernées bref de tous les usagers de la mer et ça ne va pas être facile de mettre tout le monde d'accord.

 

L'annonce de la création de la mission d'études

 

Communiqué de presse du 20 juin 2008 Ministère de l'écologie

 

Communiqué de presse du 30 Juin 2009 Préfecture de l'Aquitaine


Réunion des groupes de travail du PNM Gironde-Pertuis. Le 20/10/2009 à l’Aquarium de La Rochelle.

 

La présentation du Parc Naturel Marin AG de l'APA avril 2010

 

Synthèse des groupes de travail

 

Des nouvelles du Parc Naturel Marin octobre 2010

 

Compte rendu colloque 28 et 29 octobre 2010 à Royan

 

Les prélévements des pêcheurs récréatifs

 

IODDE Rapport Final Diagnostic Pêche à pied Parc Naturel marin

 

Orientations du parc Juin 2011

Partagez nos articles et infos avec vos amis sur les différents résaux sociaux

FacebookTwitterLinkedinRSS Feed