Si nous ne faisons rien, nous n'aurons plus un poisson d'ici 30 ans! (Stephan Beaucher)

L'avenir du bar se joue actuellement 

Ceux qui me font l'amitié de me lire régulièrement ne seront pas surpris que je m'intéresse à ce qui se passe actuellement à Bruxelles pour l'éventuelle protection du bar. Pourquoi dis je "l'éventuelle protection" et non pas la protection?

 C'est que, d'après les échos que j'ai, tant du côté d'amis anglais que de quelques professionnels français, la bataille fait rage entre les pays partisans d'une forte protection nécessaire emmenés par les anglais et une politique d'éventuels quotas et d'une politique laxiste défendue, ce qui ne surprendra personne, par la France emmenée par M. Cadec président de la commission pêche et le lobby de la grande pêche défendue par le comité national des pêches français. Si la France défend des quotas c'est parce qu'elle serait la plus avantagée car ce sont les pêcheurs français qui pêchent lle plus de bars en Europe

La position anglaise est claire, pleine de bons sens et opposée aux quotas elle a proposé aux autres pays de se rallier aux positions suivantes :
• Interdiction pure et simple du pélagique pendant la période de fraie en toutes zones
• Restrictions des activités de pêche dans des zones situées dans les eaux du VIIe et VIIh, considérées comme frayères (Trévose Head) pour toute forme de pêche pendant la période de reproduction
• Mise en place d’un système de licence et fixation d’un quota maxi à 5 tonnes par mois pour tous navires dans les autres zones VI et VII pour éviter un report de l’effort de pêche du VIIe et VIIh vers le nord
• Mise en place d’un système de gestion différencié au sud du 48° pour éviter un report de l’effort de pêche vers des zones VI et VII vers les zones VIII et IX et vice versa
Le Portugal, la Belgique, l’Allemagne, la Hollande se sont positionnés de manière plutôt favorable à ces mesures, le seul point semblant faire débat étant la question du plafond à 5 tonnes mensuel (Belgique opposée, Allemagne favorable si parallèlement mesures pour éviter le bycatch, Hollande pas très calée)

Je ne connais pas la position officielle française, ni même si elle en a une mais il semblerait que M. Cadec soit partisan des quotas ce qui ne me surprend pas. Il semblerait également que le comité national des pêches a lancé il y a quelques semaines une consultation auprès des pêcheurs français et que les échos que je n'en ai eu n'apporte pas grand chose, le contraire m'aurait étonné car les pêcheurs respectueux de la ressource bars, même s'il y en a, ne sont pas majoritaires , hélas.

  • Le comité reconnaitrait qu'il y a bien un probleme sur la ressource bar, je ne vois pas comment il pourrait dire autre chose
  • Mise en place d'un plan de gestion pour éviter des mesures trop contraignantes en particulier ne pas augmenter le nombre de bateaux autorisés et mettre au point un rendement maximum durable (RMD). Encore une chance vu ce que demande les scientifiques du CIEM, lire l'article Poir info j'avais demandé à M. Cadec ce qu'il en pensait sana avoir de réponses à ce jour
  • Pour les pélagiques, les plus dévastateurs je le rappelle, Arrêt de 3 semaines consécutives en zone nord entre le 15/01 et le 15/04 - Arrêt d’ue semaine dans le Golfe de Gascogne entre le 01/01 et le 31/03, obligation de déclarer aux affaires maritimes les semaines concernées au moins 1 semaine avant Vous admettrez avec moi que quand on connait les destructions de ces bateaux l'effort est nul et ne changera rien en particulier ces "limitations" ne commenceraient qu'au 15 janvier alors que les razzias commencent en décembre
  • Pour les ligneurs diminution du nombre d’hameçons à 2000 par navire pour les professionnels qui naviguent seul, limitation du nombre d’hameçons à 1000 par homme pour ceux qui naviguent à plusieurs, arrêt d’une semaine entre le 1/01 et le 31/03 et surtout maintien de la taille minimale de capture à 36 cm.
  • Pour les fileyeurs pour la période du 30/03 au 26/04 3 tonnes par navire et quinzaine calendaire, (le plus gros est déjà pris) hors période du 30/03 au 26/04 la capture et le débarquement est de 5 tonnes par navire et par quinzaine. Pour les autorisation de débarquement pour la période du 30/03 au 26/04 : 1,5 tonnes par navire et semaine calendaire, hors période du 30/03 au 26/04 la capture et le débarquement est de 5 tonnes par navire et par semaine calendaire, arrêt volontaire de deux semaines entre le 1/01 et le 31/03 dans le Golfe de Gascogne, avec limitation de capture à 25% du volume de toutes les captures détenues à bord.
  • Pour le chalut de fond arrêt d’activité d’une semaine dans le Golfe de Gascogne entre le 01/01 et le 31/03 
  • Pour la senne danoise arrêt d’activité d’une semaine dans le Golfe de Gascogne entre le 1/01 et le 31/03

 D'après ce qu'on m'a laissé entendre l'accord avec ces mesurettes serait donné à condition que des mesures soient prises envers les pêcheurs récréatifs, ce qui personnellement, même si je suis opposé au chantage, ne me choque pas car nous devons aussi montrer l'exemple, il reste quand même à voir exactement ce qui sera proposé.

Il semblerait également qu'il y a un peu de tension et de désaccords entre les différents métiers car les petits bateaux qui sont par déinition les moins destructeurs s'estiment plus impactés que les gros bateaux destructeurs par ces préconisations, c'est d'ailleurs ce qu'il me semble aussi.

Alors que va t'il se passer à Bruxelles? Le bon sens va t'il prévaloir? Il va surement, comme d'habitude y avoir des "magouilles" en coulisse avec les pays non concernés mais qui votent du genre: "donne moi un coup de main sur ce projet et je te renverais l'ascenseur sur d'autres choses" Une chose est sure, la situation est dramatique, relisez les avis du CIEM si vous n'êtes pas encore convaincus.

didier courtois

Vous pouvez venir en parler sur le forum

Vous ne pouvez pas poster, il convient de vous inscrire

Partagez nos articles et infos avec vos amis sur les différents résaux sociaux

FacebookTwitterLinkedinRSS Feed